Les particules fines surtout issues d’émissions liées à l’activité humaine

La nouvelle devait « tomber » quelques jours après le pic de pollution aux particules fines du week-end dernier. Un communiqué du CNRS l’annonce ce vendredi 21 mars 2014 : « L’observatoire atmosphérique français Sirta et des chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement ont livré leur analyse de la pollution aux particules fines (PM2.5) en Ile-de-France entre le 7 et le 15 mars 2014. »

« Plusieurs millions de Franciliens sont ainsi exposés chaque année à un air qui ne respecte pas les réglementations européennes », prévient le CNRS dans ce texte.

Les particules fines observées « étaient principalement issues d’émissions liées à l’activité humaine : majoritairement l’agriculture, mais aussi le chauffage au bois et les transports », indique le CNRS.

« Les conditions météorologiques ont favorisé la pollution aux particules, l’anticyclone limitant la dispersion des polluants et l’ensoleillement favorisant la formation des polluants secondaires. », précise l’étude.

Une météo qui a aussi « favorisé l’accumulation d’aérosols au sein d’une couche de mélange mince (à 200 m d’altitude la nuit, de 600 à 1200 m le jour) conduisant à une dilution faible sur la verticale. »

Selon le CNRS, en Ile-de-France, ces particules sont « dites « secondaires », c’est-à-dire non émises directement, mais formées dans l’atmosphère, sous l’action de transformations photochimiques (ensoleillement), à partir de gaz précurseurs comme les oxydes d’azote (transport), l’ammoniac (activités agricoles) et les composés organiques volatils. »

Des particules composées à 51 % de nitrate d’ammonium

L’observation révèle que ces particules fines PM2,5 sont composées à « 51 % de nitrate d’ammonium, formé dans l’atmosphère à partir d’ammoniac et d’oxyde d’azote, sous l’action de la photochimie. L’ammoniac est principalement émis par les activités agricoles. »

Par contre, « les oxydes d’azote (NOx) sont principalement émis par les transports, et dans une moindre mesure l’industrie manufacturière et l’agriculture. » ajoute l’analyse qui poursuit le détail de la composition de ces particules fines.

« Les particules fines émises directement dans l’atmosphère par la combustion de biomasse (chauffage au bois et brûlage de déchets verts) représentent 15 %.


11 % de ces particules fines sont émises directement dans l’atmosphère par la combustion de dérivés du pétrole (dont les transports).


12 % de ces particules fines sont composées de matière organique, générées dans l’atmosphère à partir de précurseurs gazeux comme les composés organiques volatils (COV). En période hivernale (comme c’est le cas actuellement), ces COV sont émis principalement par les activités humaines. »

Enfin,  « 11 % sont dues au sulfate d’ammonium. Un autre « composé « secondaire », formé dans l’atmosphère à partir d’ammoniac et de dioxyde de soufre. Le dioxyde de soufre est émis en France par l’industrie manufacturière et la transformation d’énergie. » conclue le communiqué du CNRS.

Publicités

A propos Culturepositive

A propos Ce blog se dédie à la culture et à l’environnement, mes deux domaines d’activités favoris. Qu’y a t-il de commun entre ces thématiques ? Un énorme potentiel d’énergie positive. Ce blog "Culturepositive" en sera le témoin. Culture La société a besoin de créativité, de renouveau fort. Qui mieux que les artistes nous proposent des visions innovantes du monde, ouvrent les frontières des possibles ? Une industrie porteuse d’ouverture, d'espoir et d’émerveillement qui pèse indéniablement dans l’économie française. Environnement On ne peut plus parler d’importance de l’environnement aujourd'hui, mais d'urgence de le sauvegarder, en France et dans le monde. Nous avons atteint des limites aux conséquences graves sur la santé, nos modes de vie, notre alimentation, la survie de certaines espèces. L'Homme est aujourd'hui lui aussi fragilisé. Les sonneurs d’alarmes conscients ont fait leur travail, les politiques tentent régulièrement avec difficulté de s’harmoniser pour préserver la planète. Les enjeux financiers bloquent le processus d'actions de préservation de la planète. Tel est le prix d’un monde plus sain où il fera bon vivre. A propos de moi Journaliste multimédia indépendante après 23 ans de métier en réalisation et journalisme à RFI, Radio France Internationale, j’ai décidé cette année d’aller vers ce qui m’anime le plus : la culture et l’environnement. J’ai choisi le multimédia en 2007 car il est dans l’air du temps et utilise le son comme les mots et l’image fixe et animée, un média riche en expression. A RFI, j’ai appris à puiser à la source des histoires humaines, les enregistrer et les mettre en forme. Aujourd’hui, je suis force de propositions. Avec ma sensibilité, mon enregistreur sonore, appareil photo, bloc notes, stylo, caméra, je pars en quête de la matière ressource qui alimente ce blog "Culturepositive".
Cet article, publié dans Environnement, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les particules fines surtout issues d’émissions liées à l’activité humaine

  1. Ping : Les pesticides sur la sellette | Culturepositive

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s